Quel avenir pour les salariés atteints de TMS ?

L’INVS vient de publier une étude comparant le devenir professionnel de salariés atteints et non-atteints de TMS et mettant en évidence l’impact de cette maladie professionnelle sur le parcours de travail.

 

3 710 salariés tirés au sort ont été examinés par 83 médecins du travail entre 2002 et 2002. Trois groupes avaient été constitués :

 

  • les salariés  « TMS – MS », chez lesquels un trouble musculo-squelettique du membre supérieur avait été diagnostiqué
  • les salariés « Douleurs MS », rapportant des douleurs dans le membre supérieur mais sans TMS diagnostiqué
  • les salariés « Asymptomatique », sans douleurs ni troubles

  

Les TMS du membre supérieur considérés dans cette étude étaient au nombre de six :

 

  • syndrome de la coiffe des rotateurs (SCR) au niveau de l’épaule
  • épicondylite latérale au niveau du coude
  • tendinite des fléchisseurs/extenseurs de la main et des doigts
  • ténosynovite de De Quervain au niveau de l’avant-bras/poignet/main
  • syndrome du canal carpien (SCC) au niveau du poignet/main
  • syndrome du tunnel cubital au niveau du coude

  

Entre 2007 et 2010, l’ensemble des salariés étudiés a reçu un questionnaire sur leur devenir professionnel. Les résultats révèlent l’impact des troubles et des douleurs musculo-squelettiques sur leur parcours professionnel :

 

  • Dans le groupe Asymptomatique, 90,4% étaient encore en activité professionnelle
  • Dans le groupe Douleurs MS, 85,9% étaient encore en activité professionnelle
  • Dans le groupe TMS-MS, 79,3% étaient encore en activité professionnelle

 

L’étude de l’INVS compare également l’impact des TMS selon l’âge, le sexe, l’état de santé des salariés.

 

Copyright 2018 - Maquette réalisée par blindesign.net - tous droits réservés

Retour en haut