Le bruit au travail, un fléau passé… sous silence

Collègues agités, marteau-piqueur sous vos fenêtres, usage d’engins bruyants… Le bruit sur votre lieu de travail vous casse les oreilles? Divers et variés, les désagréments sonores peuvent avoir de fâcheuses conséquences sur la santé des salariés. Les clés pour les identifier et s’en protéger avec le Dr Massardier-Pilonchery.

 

En France, plus d’un salarié sur cinq serait exposé à des nuisances sonores potentiellement dangereuses pour sa santé, selon l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS). La surdité, le risque principal d’une exposition au bruit, peut évoluer de façon sournoise et insidieuse. Lorsqu’une personne constate l’apparition des premiers troubles, son audition est en effet souvent déjà altérée.

 

Il est donc essentiel de rester à l’écoute des premiers symptômes. Réagir le plus tôt possible peut permettre de conserver une audition de qualité. Le point avec le Dr Amélie Massardier-Pilonchery, praticienne au centre Ressources Pathologies Professionnelles et Environnementales des Hospices Civils de Lyon (HCL).

 

Bruit au travail, une menace grandissante dans plusieurs secteurs

 

Les phénomènes de fatigue auditive et de troubles de l’audition sur le lieu de travail concernent de nombreuses professions. Contrairement aux apparences, celles qui paraissent les mieux loties en terme de pénibilité ne sont pas en reste.

 

Certains secteurs (construction, industrie, automobile, aéroportuaire voire évènementiel…) sont par nature particulièrement exposés au bruit. En cause : le volume sonore généré par leurs activités ou les machines utilisées. Mais les dangers du bruit touchent bien d’autres professionnels. Qu’ils s’agissent d’employés dans les écoles ou la restauration, les centres de téléphonie ou les configurations partagées de type open space… La persistance et la répétition des sons perçus, bien qu’ils soient de moindre intensité, peuvent avoir des conséquences sur la santé.

 

À quel moment le bruit devient-il dangereux pour la santé ?

 

Selon l’INRS, il y a bien un risque de lésion auditive irréversible à partir d’un niveau sonore de 80 décibels, sur 8 heures d’exposition. En dessous de ce seuil dit lésionnel, des effets extra auditifs peuvent également apparaître. Les facteurs déterminants du danger pour l’audition sont principalement la durée d’exposition au bruit et son degré d’intensité.

 

À titre de comparaison, une perceuse en marche émet un bruit de 80 à 90 décibels, soit autant qu’un trafic routier dense. Le décollage d’un avion atteindrait en revanche, plus de 120 décibels, qui correspond au seuil d’apparition d’une douleur aux oreilles. Le niveau sonore d’une conversation normale est quant à lui situé entre 40 à 60 décibels. Mais il a tendance à augmenter lors de discussions houleuses.

 

Bruit au travail, êtes-vous concernés ?

 

Les conséquences du bruit dans son environnement professionnel peuvent parfois être irréversibles. Réagir dès les premiers symptômes peut toutefois permettre de ralentir leur progression. Voici quelques signes qui doivent alerter car ils peuvent être ceux d’un début de surdité.

 

  • Vous ressentez de la fatigue et des difficultés de concentration à cause du bruit ambiant sur votre lieu de travail.
  • Vos oreilles sont sujettes à des bourdonnements ou à des sifflements au cours ou à la fin de la journée.
  • Vous éprouvez la nécessité d’élever la voix pour discuter avec un collègue situé à moins de deux mètres de vous.
  • Vous travaillez en présence de machines ou d’outils bruyants (bétonnière, perceuse, pelleteuse, sources explosives ou encore musique amplifiée…).
  • Au cours de la journée, vous ressentez le besoin de vous éloigner de votre lieu de travail à cause du bruit.
  • Vous devez porter une protection auditive pour exercer votre profession.
  • En rentrant d’une journée de travail, le volume des postes de télévision ou de radio qui convient aux autres vous semble trop faible.
  • Vous faites souvent répéter votre interlocuteur lors de conversations téléphoniques sur votre lieu de travail.
  • Vous avez des difficultés à comprendre les conversations dans les lieux plus ou moins bruyants.

 

Si l’une ou plusieurs de ces situations font écho à ce que vous ressentez dans le cadre de votre travail, vous êtes peut-être exposé à un volume sonore potentiellement dangereux pour votre santé.

 

Des séquelles parfois irréversibles

 

Selon la durée d’exposition, le type de bruit (nature, prévisibilité, tonalité…) et son intensité, les conséquences sur la santé sont différentes. Elles peuvent aller d’une simple fatigue auditive réversible, jusqu’à des affections plus graves, type acouphènes (sensations de bourdonnements et de sifflements), hyperacousie (intolérance au bruit) ou même surdité partielle ou totale.

 

D’après l’INRS, les effets d’une exposition prolongée au bruit de haute intensité seraient susceptibles d’entraîner d’autres affections que celles de l’audition : troubles cardiovasculaires, troubles du sommeil, hypertension…

 

Face au bruit, nous ne sommes pas tous égaux. L’âge, les antécédents médicaux, la condition physique ou encore l’environnement global d’une personne sont des variables à prendre en compte. La multiplication des facteurs de risque (exposition à des produits chimiques et toxiques, pollution, mauvaise hygiène de vie…) favorise l’apparition de problèmes liés au bruit dans le cadre du travail.

 

Les conseils pour limiter les risques pour l’audition

 

Pour limiter les risques du bruit au travail sur votre santé, prenez vos précautions !

 

  • Restez attentif aux manifestations de symptômes liés à un inconfort auditif.
  • Dès que vous rencontrez des problèmes de bruit existants sur votre lieu de travail, signalez-les au médecin du travail et à l’entreprise.
  • Veillez à protéger vos oreilles avant l’entrée dans un espace de travail bruyant et à ne retirer vos protections auditives qu’une fois le danger écarté.
  • Consultez un médecin dès l’apparition de signes de fatigue auditive persistants.
  • Respectez les consignes de port d’équipements de sécurité auditive et limiter le danger. Plus le niveau sonore est élevé, plus la durée d’exposition doit être courte.

 

Bruit au travail, l’entreprise aussi concernée

 

Outre les effets directs sur la santé, une exposition au bruit peut également altérer vos capacités de concentration. Les risques d’accidents du travail augmentent alors.

 

Lorsque les risques liés aux bruits s’avèrent réels, l’entreprise doit prendre des mesures de prévention (information, réduction du bruit ou achat d’équipements moins bruyants, protections sonores individuelles. La surveillance médicale doit également être renforcée.

 

Source : ra-sante.com

Copyright 2018 - Maquette réalisée par blindesign.net - tous droits réservés

Retour en haut