Pertinence de l'outil d'évaluation des postes de travail à risque de TMS-MS chroniques « Eval-Risk-TMS » dans les entreprises du BTP, en Île-de-France et Pays de la Loire, de novembre 2019 à mars 2020

Les troubles musculo-squelettiques du membre supérieur (TMS-MS) sont la première cause de maladies professionnelles déclarées en France. Les facteurs de risque des TMS d'origine professionnelle peuvent être de nature biomécanique, organisationnelle ou psychosociale. Un outil simple fondé sur un questionnaire établissant un score de risque " Eval-Risk-TMS " permettant aux préventeurs de hiérarchiser les situations de travail à risque de TMS-MS chroniques, a été développé afin de compléter l'offre des outils mesurant l'exposition aux facteurs de risque de TMS-MS disponibles dont l'administration peut s'avérer complexe (durée, nécessité d'une personne qualifiée...). Une étude en deux phases a été mise en oeuvre avec pour objectif de tester l'utilisation de l'outil Eval-Risk-TMS en entreprise et de juger de sa pertinence. Cette étude a été réalisée en collaboration avec l'Organisme professionnel de prévention du bâtiment des travaux publics (OPPBTP) et l'Association paritaire de santé au travail du bâtiment et des travaux publics de la région parisienne (APST-BTP-RP), dans des entreprises du secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP), particulièrement touchées par la problématique des TMS. La première phase (Phase 1) consistait en une étude transversale auprès de travailleurs du BTP afin d'évaluer la pertinence de l'outil Eval-Risk-TMS pour identifier et hiérarchiser les postes à risque de TMS-MS dans le BTP. Grâce à la participation active des conseillers OPPBTP et des membres des équipes pluridisciplinaires de l'APST-BTP-RP, 428 questionnaires exploitables ont été recueillis auprès de travailleurs du BTP. Cette étude souligne l'exposition importante des travailleurs du BTP aux facteurs biomécaniques. La flexion des coudes régulière ou prolongée était le facteur de risque auquel le plus grand nombre de travailleurs était exposé, suivi du maintien d'une posture les bras en l'air. L'évaluation du score de risque de TMS-MS a mis en lumière une bonne performance globale de classement (statistique c =0,79 [0,73-0,85] ; 0,8 étant considéré comme une valeur excellente). La seconde phase (Phase 2) visait à étudier la faisabilité de son utilisation, en recueillant un retour de la part de l'ensemble des conseillers OPPBTP et des membres des équipes pluridisciplinaires de l'APST-BTP-RP, qu'ils aient ou non administré des questionnaires durant la première phase. Au total, 35 personnes ont participé à la seconde phase de l'étude en répondant au questionnaire en ligne, dont 29 ayant administré des questionnaires lors de la première phase. Il a été mis en lumière une utilisation assez faible des outils d'évaluation du risque de TMS-MS existants, en raison d'un manque de temps et de la complexité perçue de ces outils. Concernant l'outil Eval-Risk-TMS, certaines questions ont été jugées trop complexes et difficilement compréhensibles par les travailleurs. Cependant, la majorité des personnes ayant administré des questionnaires lors de la première phase estime que cet outil pourrait être un atout dans leur pratique professionnelle pour mieux cibler les postes à risque de TMS-MS et les actions à mettre en place par la suite. D'après les participants, cet outil permettrait également de favoriser la prise de conscience du risque des TMS par l'entreprise. Les résultats de cette étude et la pertinence de cet outil dans la prévention des TMS-MS encouragent à tester le score dans une population salariée générale, où les travailleurs seraient moins exposés aux facteurs biomécaniques que les ouvriers du BTP.

 

 

Source : www.santepubliquefrance.fr

Copyright 2018 - Maquette réalisée par blindesign.net - tous droits réservés

Retour en haut